Biocarburants et crise alimentaire

Mise en garde contre toute condamnation hâtive

Le responsable de la nouvelle cellule de crise des Nations unies chargée de la question de la flambée des prix des denrées alimentaires met en garde contre toute condamnation hâtive du développement des biocarburants, considéré comme l’une des causes de la crise alimentaire mondiale.

«Je pense qu'il faut éviter une réponse hâtive », a déclaré le 30 avril John Holmes, coordinateur de l'état-major de crise créé par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, et rassemblant les chefs des agences des Nations unies, le FMI et la Banque mondiale Voir n° 3152 du 05/05/08. « Les biocarburants ont été développés en réponse au problème des effets du changement climatique et au besoin de faire diminuer les émissions de gaz carbonique. Ils n'ont pas été inventés juste pour le plaisir », a-t-il souligné.