Sommet de la FAO sur la crise alimentaire

Mobilisation sur fond de polémique sur les biocarburants

Aide aux petits agriculteurs en Afrique, levée des barrières commerciales, mesures de protection sociale sont les orientations mises en avant par l’Onu pour résoudre la crise alimentaire lors de la conférence mondiale sur la sécurité alimentaire de la FAO, qui s’est tenue du 3 au 5 juin à Rome. Ce sommet a été fortement marqué par la controverse sur les biocarburants et les subventions agricoles. Les 193 pays participants semblaient d’accord, quelques heures avant la fin de la conférence pour que la création d’un système d’évaluation de l’impact des biocarburants sur la sécurité alimentaire soit mentionnée dans leur déclaration finale.

Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a dramatisé le 4 juin l’enjeu du sommet de la FAO de Rome en déclarant que le monde ne pouvait pas « se permettre d’échouer » face à la crise alimentaire qui exigera un effort financier de 15 à 20 milliards de dollars par an. Il faut que « le système commercial international fonctionne de façon efficace pour que davantage de denrées soient mises sur le marché et à des prix raisonnables », a-t-il expliqué. M.