UE/Mercosur

Protestation des Vingt-sept contre le protectionnisme de l’Argentine

Alors que les négociations entre l’UE et le Mercosur reprenaient le 29 juin à Buenos Aires, les ministres de l’agriculture de l’UE, réunis le même jour à Luxembourg, débattaient des mesures restrictives prises par l’Argentine à l’encontre des pêches grecques en conserve. L’Argentine, qui a nié l’existence d’un quelconque embargo, a toutefois indiqué, de façon quelque peu ambiguë, qu’elle n’autoriserait pas l’entrée de produits « qui représentent une concurrence déloyale ».
De nombreux ministres de l’agriculture et le commissaire à l’agriculture, Dacian Ciolos, ont été « consternés » par l’attitude très protectionniste des Argentins, alors que, le jour même, les négociations en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange entre l’UE et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay), au point mort depuis 2004, reprenaient à Buenos Aires.
Mots-clés