Négociations de l’OMC

Un accord en décembre de plus en plus hypothétique

De nombreux négociateurs tablaient à Genève sur une conclusion du cycle de Doha d’ici décembre prochain. Mais l’accumulation des demandes de certains membres de l’OMC, des critiques des projets sur la table et des contre-propositions rend ce pronostic de plus en irréaliste. Si les pourparlers devaient être , ce serait, tactiquement, une mauvaise affaire pour l’UE, estime un conseiller de Mariann Fischer Boel, la commissaire européenne à l’agriculture.

Si, faute d’accord à la fin de l’année, le cycle de Doha est gelé, jusqu’en 2009 par exemple, l’UE sera doublement pénalisée, a averti Klaus-Dieter Borchardt, le chef de cabinet adjoint de Mme Fischer Boel, devant la Fédération allemande des exportateurs de produits laitiers (MIV). D’une part, il sera, selon lui, plus difficile de « vendre » à ce moment là à Genève la réforme de la Pac de 2003 ; d’autre part, les négociations entre les Vingt-sept sur le financement de l’UE après 2013 seront en cours, ce qui accentuera les pressions en faveur de nouvelles réformes agricoles.