UE/Etats-Unis

Une solution « à portée de main » sur le bœuf aux hormones

« Deux semaines supplémentaires (de négociations) devraient suffire pour voir si nous sommes capables de régler effectivement ce problème », a fait valoir le représentant américain au commerce, Ron Kirk, le 22 avril, en annonçant le report jusqu’au 9 mai de l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions commerciales à l’encontre de l’Union européenne dans le cadre du conflit sur le bœuf aux hormones artificielles. Les Etats-Unis demandent un contingent de 60 000 tonnes contre 11 500 tonnes aujourd’hui. De nouvelles discussions devaient avoir lieu le 27 avril.

Il ne reste plus que deux semaines aux négociateurs européens et américains pour trouver une solution au différend sur le bœuf aux hormones artificielles. « Nous nous sommes entendus pour poursuivre les négociations au plus haut niveau », a confirmé la commissaire européenne au commerce, Catherine Asthon, jugeant qu’une solution était « à portée de main ».