Brexit : un nouveau report pour tenter d’éviter le scénario catastrophe

Convenu par les Vingt-sept et la première ministre britannique, le nouveau report « flexible » du Brexit jusqu’au 31 octobre écarte provisoirement le risque d’un divorce brutal que redoute notamment le secteur agricole et alimentaire européen compte tenu de l’ampleur des échanges avec le Royaume-Uni. S’ils n’ont pas avalisé l’accord de retrait avant les élections européennes, les Britanniques devront participer à ce scrutin.

Les deux premières dates butoirs, 29 mars et 12 avril, n’ayant pas eu les effets escomptés, les dirigeants des Vingt-sept et Theresa May se sont mis d’accord dans la nuit du 10 au 11 avril, à l’issue d’un difficile sommet à Bruxelles, sur un nouveau report du Brexit pouvant aller jusqu’au 31 octobre, veille de l’entrée en fonction théorique de la prochaine Commission européenne.

Mots-clés