Coronavirus : Pékin veille au grain

07.02.2020 - 08:00
-
(MR, JCD)
-
Dans sa lutte contre le coronavirus, le gouvernement chinois tente actuellement de limiter les effets de ses mesures sanitaires sur les circuits de distribution agricoles et agroalimentaires, déjà bousculés par la peste porcine africaine. Mais de vraies perturbations sont constatées, qui restent toutefois difficilement mesurables. Elles touchent en particulier les élevages de porc et de volaille dépendant des livraisons d’aliments. La consommation alimentaire, elle, « reste forte », selon l’ambassade de France en Chine. Ce qui a conduit le ministère du commerce chinois, le 4 février, à pousser son administration à faciliter les importations, en accélérant les dossiers de levée des barrières non tarifaires.

L’épidémie de coronavirus qui frappe actuellement la Chine a eu de nombreux retentissements dans les filières agricoles et agroalimentaires. Pékin s’en est d’ailleurs inquiété officiellement, et a pris des premières mesures pour assurer la sécurité alimentaire de sa population. Les fournisseurs d’aliments pour bétail doivent « accélérer » leur production pour répondre à la demande et les abattoirs doivent « gonfler leur offre de viande », ont demandé le 30 janvier les ministères chinois de l’Agriculture, des Transports et de la Sécurité publique dans un communiqué commun.

Mots-clés