Étiquetage de l’origine des viandes : pas de perturbations des échanges

Introduit en 2015, l’étiquetage obligatoire de l’origine des viandes porcine, ovine, caprine et des volailles n’a pas perturbé le fonctionnement du marché unique, selon une évaluation commandée par la Commission européenne. Celle-ci envisage une extension de cet étiquetage à de nouveaux produits comme le lait.

La réglementation européenne relative à l’indication obligatoire du pays d’origine des viandes porcine, ovine, caprine et des volailles, entrée en vigueur le 1er avril 2015, s’est révélée être un élément d’information important pour les consommateurs sans surcoût excessif ni perturbations des échanges intracommunautaires, conclut dans les grandes lignes une étude commandée par la Commission européenne et publiée le 11 novembre. Un rapport d’évaluation complet sur ce règlement est attendu pour début 2021.

Mots-clés