L’Aesa propose une classification des gènes résistants aux antibiotiques en trois catégories

Dans un avis rendu le 19 avril, l’Autorité européenne de sécurité des aliments propose de classer les gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques (GMRA) - utilisés pour sélectionner les plantes transgéniques – en trois catégories en fonction de leur prévalence dans les bactéries intestinales (chez l’homme ou l’animal) ou dans l’environnement (sol, plantes, eau, etc.) et de l’importance des antibiotiques concernées en médecine humaine ou vétérinaire.