L’agriculture européenne, maillon faible d’un accord de libre-échange, selon une étude de l’administration américaine

Très positif pour les États-Unis, nettement moins (voire négatif en définitive) pour l’UE : tel est, selon une étude du département américain de l’agriculture, l’impact d’un accord bilatéral de libre-échange pour le secteur agricole des deux parties.

Une étude du service de recherche économique du département américain de l’agriculture (USDA) tente d’évaluer, sur la base de trois scénarios, l’impact d’une libéralisation des échanges agricoles dans le cadre du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) actuellement en négociation, et conclut, globalement, à des résultats positifs pour les États-Unis et très modestes, voire négatifs, pour l’UE.