Les revendications des deux parties

Une précédente réunion, en septembre dernier, avait permis aux Européens de faire valoir auprès des Russes leur souci d’obtenir : que les règles d’importation mises en place par la Russie soient basées sur le Code de l’OIE, notamment pour ce qui est de l’acceptation de la régionalisation ;une plus grande transparence concernant la prise de décision au niveau des différentes instances russes ; la reconnaissance du système de contrôle et de certification mis en place au niveau communautaire ; la création d’un cadre permettant de régler les problèmes susceptibles de se poser après l’élargissem