Fraudes

L’UE souhaite intensifier la lutte contre les trafics internationaux agroalimentaires

« Provoquer une prise de conscience au sein de l’UE, améliorer la circulation de l’information, adopter des outils de travail permettant d’être plus efficace » : telles sont, selon une note française, les grands objectifs des propositions formulées lors du premier séminaire européen consacré à la lutte contre les trafics internationaux agroalimentaires.
Organisé par la France du 6 au 8 octobre dernier dans le cadre du programme de la Commission de Bruxelles « Prévenir et combattre la criminalité », le premier séminaire européen consacré à la lutte contre les trafics internationaux agroalimentaires a rassemblé près de 150 experts provenant de 22 Etats membres de l’UE et de 12 pays tiers ainsi que des représentants de l’agence Europol, de la Commission, de l’Office de lutte anti-fraude (Olaf), du Bureau européen des unions de consommateurs et de l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC-Interpol).
Mots-clés