Positions « figées » des États membres

« Nous allons tout faire pour trouver avant la fin juin un accord sur les perspectives financières », a déclaré le 12 janvier Jean-Claude Juncker, le Premier ministre luxembourgeois, qui présentait au Parlement européen le programme de la présidence de l’Union pour le premier semestre de cette année. « Mais je ne me fais pas d’illusions : les États membres se sont enfermés dans des positions à ce point strictes et figées qu’ils auront du mal à les quitter en temps utile, a-t-il ajouté. Or le temps utile, c’est maintenant.