Pour deux députés de la majorité, l’OMC doit mettre fin au cycle de Doha

09.03.2018 - 08:00
-
MR
-
Dans un rapport d’information parlementaire, Patrice Anato (LREM) et Vincent Bru (Modem) plaident pour que l’OMC se concentre sur des négociations multilatérales « de moindre importance » ou des négociations « plurilatérales » et qu’elle abandonne le cycle Doha, définitivement enlisé, selon eux. Ils mettent également en garde leurs homologues députés contre « l’étranglement » en cours de l’organe de règlement des différends (ORD) par les États-Unis, qui bloquent depuis l’été 2017 la nomination de nouveaux juges.

Deux députés de la majorité présidentielle, Patrice Anato (LREM) et Vincent Bru (Modem) ont présenté le 8 mars un rapport d’information sur l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à leurs homologues de la commission des affaires européennes, plaidant pour que l’organisation mette fin au cycle de Doha, enlisé depuis 2006. Les députés ne croient pas que ce cycle puisse aboutir : « Les compromis sont devenus inatteignables, et sans compromis pas de consensus possible », estime Patrice Anato.