Bien-être animal : interdire l’abattage rituel serait contraire au droit

En matière de bien-être animal au moment de leur abattage, « les États membres peuvent adopter des règles plus strictes que celles prévues par le droit de l’Union, cependant, la dérogation prescrite en faveur des rites religieux doit être respectée », estime l’avocat général de la Cour de Justice de l’UE (CJUE), dans ses conclusions du 10 septembre. Il propose donc à la Cour, qui rendra sa décision dans les prochaines semaines, de déclarer que la législation flamande interdisant l’abattage d’animaux sans étourdissement n’est pas autorisée par le droit de l’Union.

Mots-clés