Bruxelles veut inciter à la réduction de la production laitière

L’octroi d’aides d’État sous forme de soutiens directs pour faire face à la crise agricole ne pourra se faire qu’en contrepartie d’un engagement de la part des bénéficiaires de réduire ou au moins geler leur production, a prévenu le commissaire européen Phil Hogan le 11 avril lors de la réunion des ministres des Vingt-huit à Luxembourg. Et la Commission vient également de publier le texte permettant aux organisations de producteurs et aux coopératives de déroger temporairement aux règles de la concurrence en réduisant volontairement leur production de lait. Les mauvaises perspectives sur les marchés agricoles poussent Bruxelles à inciter de plus en plus les producteurs (en particulier de lait) à limiter l’offre. Mais ces dispositifs restent volontaires.

« La situation sur les marchés agricoles reste difficile. Le marché ne s’améliore pas pour le lait, il y a un léger mouvement à la hausse pour la viande de porc mais c’est très faible », a souligné d’emblée le commissaire européen à l’agriculture devant les ministres de l’agriculture des Vingt-huit réunis le 11 avril à Luxembourg pour faire le point sur les marchés agricoles et la mise en œuvre du nouveau paquet de mesures d’urgence (1). « Dans une situation de surproduction, nous devons être réalistes.

Mots-clés