Négociations de l’OMC

Divergences au sein de l’UE, déception aux Etats-Unis

La présentation des projets de compromis révisés de l’OMC sur l’agriculture et les tarifs industriels a provoqué les clivages habituels au sein de l’UE . Des pays comme la France et l’Irlande manifestent les plus fortes réserves, contrairement au principal négociateur européen, Peter Mandelson. La commissaire à l’agriculture, Mariann Fischer Boel, regrette quant elle l’absence, à ce stade, d’équilibre dans ces nouvelles propositions. Hors de l’Union, les pays émergents du G-20 accueillent favorablement le texte sur l’agriculture, même si l’Inde craint pour ses propres producteurs, tandis que les Etats-Unis jugent « décevantes » les nouvelles propositions sur la table. Le tout étant compliqué par l’annonce d’une loi agricole américaine dont les effets risquent d’aller à l’encontre des disciplines recherchées à Genève. Une trentaine de ministres des pays membres de l’OMC tiendront une réunion informelle consacrée au cycle de Doha le 5 juin à Paris, en marge d’une conférence de l’OCDE.

Peter Mandelson s’est dit, à l’issue d’une session des ministres des Affaires étrangères de l’UE, le 26 mai à Bruxelles, satisfait d’avoir reçu le soutien d’une « majorité écrasante d’Etats membres pour poursuivre » les pourparlers de l’OMC. « Le point de vue selon lequel les conditions ne sont pas réunies pour conclure le cycle de Doha était celui d’une très petite minorité », a affirmé le commissaire européen au commerce.

Mots-clés