Interview

Henri Nallet : « Le découplage généralisé des aides est une vraie folie »

26.05.2008 - 00:00
-
Propos recueillis par Hervé Plagnol
-
La situation agricole et alimentaire mondiale impose qu’une région comme l’Europe garde les moyens d’orienter son agriculture, estime en substance l’ancien ministre de l’Agriculture de François Mitterand, Henri Nallet. « Le découplage généralisé des aides est une vraie folie, » affirme-t-il à propos des propositions de la Commission européenne dans le cadre du bilan de santé de la Pac. De surcroît, il faut, selon lui, que les prochaines orientations sur l’après- 2013 intègrent les conséquences prévisibles du réchauffement climatique sur l’Europe. Quant à la crise alimentaire mondiale, elle impose que chaque pays ou région puisse développer sa propre agriculture vivrière à l’abri des fluctuations mondiales : « L’alimentation et l’agriculture sont des domaines trop importants pour que les seules lois du marché s’expriment ».

On se rend compte aujourd’hui que la solution durable au problème de la faim est la possibilité de développer des agricultures vivrières. Pourquoi cela n’a-t-il pas été possible plus tôt ?