Pac 2020 : le temps des critiques

Après des premiers échanges informels, les ministres de l’Agriculture des Vingt-huit auront l’occasion le 18 juin à Luxembourg, lors de leur dernier Conseil sous présidence bulgare, de donner leur avis sur les propositions législatives de la Commission européenne sur l’avenir de la Pac après 2020. Et, c’est le moins que l’on puisse dire, l’accueil risque d’être froid. Si c’est sur les questions budgétaires que devraient évidemment se concentrer les critiques, d’autres aspects de la proposition elle-même devraient également être dénoncés : complexification, manque de subsidiarité, plafonnement… Les eurodéputés, qui ont déjà pu échanger avec le commissaire européen Phil Hogan, ne sont pas plus enthousiastes.

Les ministres de l’Agriculture vont avoir leur premier vrai échange, le 18 juin à Luxembourg, sur les propositions législatives pour la prochaine Pac – même s'ilsi ont déjà pu se prononcer en partie lors de leur réunion informelle à Sofia les 4 et 5 juin (1). La présidence bulgare du Conseil de l’UE a décidé de ne pas imposer de questionnaire, laissant chacun libre d’aborder les points qui lui paraissent les plus importants à ce stade. La question budgétaire sera à n’en pas douter en cœur des interventions des États membres.

Mots-clés