Agnès Jacques, directrice régionale déléguée de l’Ademe des Hauts-de-France :

« Le gaspillage reste un enjeu majeur pour chacun des grands maillons de la filière alimentaire »

En 2016, la région des Hauts-de-France décidait d’accélérer la Troisième révolution industrielle (rev3), démarche née en 2013 de la rencontre entre les élus et décideurs économiques régionaux avec l’économiste américain Jeremy Rifkin. Suite à une première étude prospective en 2017-2018 sur les questions énergétiques et d’emplois, un second volet a été mené par les partenaires régionaux en 2019-2020 concernant les potentiels de l’économie circulaire d’ici à 2030 et 2050 dans les Hauts-de-France (1). Celui-ci se focalise sur quatre secteurs d’activité jugés stratégiques : la performance énergétique des logements, les plastiques, la filière textile et l’alimentation. Interview d’Agnès Jacques, directrice régionale déléguée de l’Ademe des Hauts-de-France et coordinatrice de cette étude prospective, pour en souligner les principaux enjeux dans la filière alimentaire.

Pouvez-vous préciser la méthodologie de cette deuxième étude prospective menée par l’Ademe des Hauts-de-France, en se focalisant sur son volet alimentaire ?