Brexit : éviter un divorce sans accord le 29 mars ou plus tard

22.03.2019 - 08:00
-
(FXS)
-
Pour les agriculteurs ainsi que l’industrie et le commerce agroalimentaires de l’UE, un report du Brexit, qui permettrait de mieux s’y préparer, ne doit être consenti à Londres que s’il contribue à assurer un divorce ordonné offrant enfin une certaine prévisibilité. En tout cas, un retrait du Royaume-Uni sans accord, le 29 mars ou plus tard, doit absolument être évité.

À la veille d’un sommet européen appelé à se prononcer sur la demande de la première ministre britannique Theresa May de reporter le Brexit au 30 juin, les organisations représentant les acteurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire – Copa-Cogeca (agriculteurs et coopératives), FoodDrinkEurope (industrie de transformation), Celcaa (commerce) – ont estimé, le 20 mars, que fixer une échéance « au-delà du 29 mars » pourrait permettre de mieux la préparer, mais qu’un tel délai ne devrait être consenti par les chefs d’État et de gouvernement que « s’il contribue à assurer un re