Glyphosate : l’évaluation préliminaire ne conclut pas à la cancérogénicité

La première étape du processus d’évaluation du glyphosate en vue de sa réautorisation ne remet pas en cause la sûreté de l’herbicide. La France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède, les quatre États membres chargés de ce travail, concluent qu’aucune classification supplémentaire pour le caractère mutagène ou cancérigène n’est justifiée. Le rapport final est attendu fin 2022 alors que l’autorisation du glyphosate expire le 15 décembre de la même année.

La France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède, les quatre États membres du groupe européen d’évaluation du glyphosate, ont rendu le 15 juin leur rapport qui ne propose aucune nouvelle classification pour l’herbicide le plus utilisé au monde dont l’autorisation de mise sur le marché expire le 15 décembre 2022. Le glyphosate est actuellement classé dans l’UE comme responsable de lésions oculaires graves et comme toxique pour la vie aquatique avec des effets durables.