Pac post-2020 : Phil Hogan propose aux États membres de préparer dès à présent leurs futurs plans stratégiques

Les États membres de l’UE craignent que la nouvelle subsidiarité proposée par Bruxelles pour la future Pac n’entraîne des distorsions de concurrence sur le marché unique, en particulier en ce qui concerne les contraintes environnementales. Mais les ministres des Vingt-huit, qui étaient réunis le 29 janvier à Bruxelles, sont quand même d’accord pour disposer de plus de flexibilité dans la mise en œuvre de cette politique. C’est sur cette frontière ténue entre flexibilité et subsidiarité que vont porter les débats au sein du Conseil qui espère adopter des conclusions communes en mars afin de faire connaître sa position avant la publication des propositions législatives de la Commission européenne sur l’avenir de la Pac au mois de juin.

Le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, a répondu, le 29 janvier à l’occasion de la réunion mensuelle des ministres de l’agriculture, aux craintes suscitées par ses propositions sur la Pac après 2020 qui prévoient de déléguer en partie la mise en œuvre de cette politique aux pays, voire aux régions.

Mots-clés