Contamination

Concertation indispensable pour la coexistence entre OGM et non OGM

Pour assurer une coexistence sans contaminations entre les cultures OGM et les cultures non OGM, le Haut conseil des biotechnologies (HCB) énonce, dans un avis présenté le 17 janvier, des conditions fondées avant tout sur la concertation des acteurs au niveau local. Une coexistence est possible si l’on accepte que le seuil d’étiquetage est de 0,9 %. En revanche, pour 0,1 %...
Pour respecter le seuil européen d’un maximum de 0,9 % de transgènes dans l’ADN d’une culture, le conseil scientifique du HCB estime que « les mesures techniques proposées peuvent ne pas être très différentes des conditions de production actuelles ».
En revanche, avec un seuil maximal de 0,1 %, « les mesures de coexistence sont plus contraignantes » et, pour cela, le conseil scientifique de l’instance propose « une concertation entre les parties prenantes pour optimiser l’organisation territoriale des productions, entre cultures OGM et non OGM ».