Emmanuel Macron, des annonces qui séduisent, des mots qui bousculent

13.10.2017 - 08:00
-
MR
-

Dossier législatif : Alimentation : loi Egalim, un texte réputé inachevé

Avancement à parution de cet article : Etats généraux de l'alimentation
Avancement actuel du dossier : Evaluation, bilan
Dans un discours qui fera date par la verdeur inédite de l'adresse d'un président de la République au secteur agricole, Emmanuel Macron a annoncé, à Rungis le 11 octobre, les premières mesures qui seront prises au premier semestre 2018, à l’issue du premier chantier des États généraux de l’alimentation. La rénovation de la contractualisation et le relèvement du seuil de revente à perte sont les principales mesures annoncées. Mais Emmanuel Macron n'est pas près de signer "un chèque en blanc" : il veut en retour que les filières agricoles fassent leur introspection. Il pose un regard extrêmement dur sur certaines d'entre elles, considèrant que des "choix absurdes" ont été faits, et qu'un partie de la production agricole et alimentaire est en décalage total avec la demande des consommateurs. Même diagnostic sévère sur les questions environnementales et sanitaires, considérant que si rien n'est fait, "il y aura tôt ou tard des crises sanitaires". Il leur demande donc "un changement profond" de modèle. Malgré ce ton, le président de la République a réussi le tour de force de satisfaire l’ensemble des syndicats agricoles, et l’ensemble des maillons de la filière alimentaire.

Au cours d’une intervention longue de plus d’une heure le 11 octobre au marché de Rungis, devant un auditoire d’environ 500 personnes, le président de la République a fait un « point d’étape des États généraux de l’alimentation ». Comme il l’avait promis, Emmanuel Macron est intervenu juste après la fin du premier chantier sur « la création et la répartition de la valeur » et en amont du second chantier sur « les demandes du consommateur ».

Mots-clés