La compagnie poursuit ses travaux

Moderniser sa forme n’est évidemment pas l’unique défi de l’Académie d’agriculture qui poursuit ses travaux de fond dans cette période « charnière », selon son président Jean-François Colomer. « Les agriculteurs ont pris conscience qu’il se prépare une nouvelle révolution agricole, comme il y a cinquante ans. Nous sommes, sur ces sujets, au pied du mur. D’où l’urgence qu’il y a à défendre la science ». L’institution entend proposer un projet qui fasse sens à la fois pour l’agriculture, l’agroalimentaire et l’environnement.