Réforme de la Pac

Le lin et le chanvre doivent travailler pour profiter du verdissement de la Pac

Les filières de production de lin et de chanvre espèrent profiter du verdissement des soutiens de la Pac en se faisant reconnaître comme cultures à faible impact sur les milieux. Mais une chose est sûre: les parcelles de ces deux cultures ne seront pas prises en compte directement dans les 7% de surfaces d’intérêt écologique. Cela reviendrait à un recouplage des aides, estime la Commission européenne.
Les filières lin et chanvre réunies au niveau européen au sein du CELC (Comité européen du lin et du chanvre), qui tenait son assemblée générale les 18 et 19 octobre à Bruxelles, comptent sur la réforme de la Pac pour préserver leur production, voire lui permettre de se développer. Comme beaucoup de cultures dites économes en intrants (le lin et le chanvre mais également la luzerne par exemple), les professionnels voient une opportunité dans le verdissement du premier pilier de la Pac qui, selon la proposition de la Commission européenne, atteindrait 30% des paiements directs.