Marchés céréaliers : la météo crée de la tension sur les prix

FranceAgriMer a souligné le 9 juin l’impact de la météo sur les marchés céréaliers, sans pouvoir estimer les dégâts liés aux intempéries dans l’Hexagone. Les exportations céréalières françaises terminent la campagne en pleine forme, mais le stock final de blé tendre devrait être historiquement lourd.

« Depuis une petite semaine, les cours du blé grimpent, notamment en France, sur fond de pluies excessives dans toute l’Europe jusqu’à la mer Noire, a relevé Olivia Le Lamer, chef de l’unité grandes cultures. Il est trop tôt pour estimer les dégâts, quantitatifs ou qualitatifs. » Un « emballement des prix » du maïs et du soja s’est amorcé il y a plus d’un mois, sous l’effet notamment des intempéries en Argentine et au Brésil. L’absence de contagion à l’égard du blé témoigne de la lourdeur des fondamentaux du marché, d’après la spécialiste.