Ovins : la filière fait feu de tout bois pour sauver Pâques

Période cruciale pour la consommation de viande d’agneau, Pâques risque d’être ruinée par le confinement dû au coronavirus. Export, stockage, communication : la filière mobilise tous ses outils pour sauver la situation.

Branle-bas de combat dans la filière ovine. À la veille de Pâques, la situation y est « plus que compliquée, pour ne pas dire dramatique », confie Mathieu Pecqueur, directeur général de Culture viande, à Agra Presse le 26 mars. Le week-end de Pâques (qui tombe cette année du 11 au 13 avril), période traditionnelle de forte consommation, risque d’être ruiné par le confinement lié à la pandémie de coronavirus. Résultat : alors que « tous les abatteurs avaient anticipé Pâques », la filière a subi un coup de frein brutal la semaine du 23 mars.