Peste porcine africaine : Bruxelles privilégie la biosécurité et la chasse

Faute de vaccin à ce stade, la Commission européenne estime que la lutte contre la peste porcine africaine peut être contenue avec des mesures de biosécurité dans les élevages et la gestion des populations de sangliers, réservoirs de la maladie. L’exemple de la Belgique qui a vraisemblablement éradiqué la maladie lui donne espoir.

« Nous n’avons pas de vaccin aujourd’hui et il faut l’oublier car nous n’avons aucune idée de quand il sera disponible – si nous en trouvons un jour. Nous devons donc nous concentrer sur les mesures de biosécurité, la gestion des populations de sangliers et les campagnes de sensibilisation », a prévenu Francisco Reviriego Gordejo, conseiller de la Direction générale de la Santé de la Commission européenne sur la gestion des crises.