Réforme de la Pac

Stéphane Le Foll ne berce pas l’agriculture d’illusions

Le ministre de l’Agriculture a reçu les organisations agricoles ainsi que les représentants des collectivités locales (association des maires, des régions) le 7 septembre pour un faire le point sur les négociations européennes préalables à la réforme de la Pac. Il ne les a pas bercé d’illusions sur un certian nombre de dossiers pour lesquelles les positions françaises seront difficiles à faire adopter. Il s’agit de la régulation des marchés et de la prise en compte des actifs dans les futures aides Pac.
Stéphane Le Foll n’a pas bercé d’illusions les participants à une grande table ronde le 7 septembre sur la réforme de la Politique agricole commune. Il ne leur a pas caché que revenir à des outils puissants de régulation des marchés serait très difficile. Néanmoins, les quotas sucriers et les droits de plantation dans la vigne peuvent espérer survivre, témoignait Henri Brichart, vice-président de la FNSEA. Difficile d’imaginer aussi que les aides de Bruxelles puissent être axées sur l’emploi, comme les Français le voudraient.