Bien-être animal : « Harmoniser avant de durcir »

Alors que la Commission européenne prépare, pour 2023, une révision de la législation européenne sur le bien-être animal, nombre de parties prenantes, notamment le rapporteur du Parlement européen Jérémy Decerle, appellent à d’abord harmoniser les règles à l’ensemble des secteurs avant d’imposer de nouvelles contraintes.
© European Union 2021
Alors que la Commission européenne prépare, pour 2023, une révision de la législation européenne sur le bien-être animal en vue de son renforcement, nombre de parties prenantes (au sein des États membres, au Parlement ou chez les professionnels) appellent à d’abord harmoniser les règles à l’ensemble des secteurs avec d’imposer de nouvelles contraintes.

Dans une position commune préparée en vue du Conseil des ministres de l’Agriculture des 11 et 12 octobre à Luxembourg, cinq États membres (Belgique, Danemark, Allemagne, Pays-Bas et Suède) appellent la Commission européenne à étendre aux principales espèces d’élevage (porcs, poules pondeuses, poulets de chair, veaux, vaches laitières, lapins et dindes) la future législation européenne sur le bien-être des animaux.