Agrivoltaïsme : la filière demande à l’État de préciser ses lignes directrices

Dans un communiqué publié le 19 mai, l’association France Agrivoltaïsme demande que l’État pose le cadre d’un développement « régulé, durable et rapide » de l’agrivoltaïsme « pour répondre à l’urgence énergétique et pour répondre à l’urgence alimentaire ». Selon elle, si l’avis déterminant confié aux CDPenaf (commissions de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers) constitue un geste fort de décentralisation, il « va cependant nécessiter des moyens et une organisation adaptés aux volumes croissants des projets à étudier ».