Covid-19 : la filière des grandes cultures veut être payée de ses efforts

Les secteurs des céréales, betteraves et oléoprotéagineux ont tenu bon en pleine crise Covid-19 mais espèrent une prise en compte de leurs efforts, ont-ils souligné le 10 juin à l’occasion du conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer.

Jean-François Loiseau, le président d’Intercéréales déplore : « Le secteur a fait le job » mais n’est « pas ou peu reconnu par les pouvoirs publics ». Des surcoûts apparaissent avec la pandémie, qui n’ont pu être répercutés jusqu’aux clients, d’après lui. Ils sont liés au transport, avec « régulièrement 30 à 35 % » de frais additionnels pour des distances de 300/600 km jusque les fabricants bretons d’aliments du bétail ou les silos portuaires.

Mots-clés