Célia de Lavergne, députée LREM, rapporteure du PJL Climat

Engrais azotés : « La redevance ne sera mise en œuvre qu’en cas d’échec »

Dossier législatif : PJL Climat: quelle traduction pour la Convention citoyenne

Avancement à parution de cet article : Première lecture à l'Assemblée
Avancement actuel du dossier : Première lecture au Sénat
À quelques jours de l’examen en séance du titre agricole du projet de loi Climat dont elle est rapporteure, la député LREM Célia de Lavergne revient sur trois dossiers chauds : le projet de « rémunérascore », exclu du texte et pour lequel elle espère une expérimentation dès 2022 ; les menus végétariens qu’elle souhaite intégrer dans l’administration publique ; et enfin le projet de redevance sur les engrais azotés. Sur ce dernier dossier, la députée défend le travail de la commission spéciale, et continue de plaider pour qu’elle ne soit mise en œuvre « qu’en cas d’échec » d’autres mesures d’atténuation.

Quel bilan tirez-vous du travail de la commission spéciale sur le chapitre agricole du projet de loi Climat ?

L’examen en commission s’est bien passé, malgré une frustration concernant le temps accordé à la question des engrais azotés. On le craignait dès le départ, mais cela s’est vérifié : la présence du titre agricole en fin de texte a pu entraîner une certaine fatigue dans les débats. Et en séance, ce sera une question de temps de parole.