Huile de palme : au Cameroun, 145 riverains contre le groupe Bolloré devant la justice

Quelque 145 Camerounais ont demandé le 30 novembre à la justice française de contraindre le groupe Bolloré à fournir des documents pour établir ses liens avec la Société camerounaise de palmeraies (Socapalm) qu’ils accusent d’attenter à leurs droits. La Socapalm « inflige des préjudices au quotidien » à ces villageois, a dénoncé auprès de l’AFP leur avocat, Me Fiodor Rilov. Selon lui, l’exploitation des palmeraies condamne l’accès à des terrains et lieux de sépulture et pollue les eaux.