La valeur économique, frein à la culture des légumineuses

Le différentiel de compétitivité évident entre les légumineuses à graines et les autres céréales handicape la culture et la consommation des premières en France, selon Marie-Benoît Magrini. L’économiste de l’Inra estime cependant que « la seconde transition alimentaire des pays occidentaux » pourrait constituer une opportunité pour redorer l’image des légumineuses.

Les légumineuses, (lentilles, haricots secs, pois chiches pois cassés...) occupent une place minime en France : moins de 2 % des assolements des grandes cultures et moins de 2 kg consommés chaque année par habitant. Pour Marie-Benoît Magrini, qui intervenait aux Rencontres de la fondation Louis Bonduelle le 7 juin, ce constat s’explique par une « valeur sous-optimale » accordée aux légumineuses, entretenue pendant toute la seconde moitié du XXe siècle.