Agronomie

Le sol agricole sous pression

Le sol agricole est menacé. Les milieux agricoles et environnementalistes commencent à s’en inquiéter. La prise de conscience de la dégradation des sols sort des cercles scientifiques. C’est ce qui ressort de trois colloques qui viennent de se dérouler dans la seule semaine du 20 novembre. La Commission européenne se préoccupe aussi du problème des sols agricoles, avec dans ses cartons, un projet de directive. La dégradation des sols se traduit en espèces sonnantes et trébuchantes: un coût estimé par Bruxelles à plus de 38 milliards d’euros par an, notamment lié à une perte de potentiel agronomique. Pourtant l’agriculture a d’autant plus besoin de préserver son capital «sol» qu’elle devra demain produire du carburant en plus de l’alimentaire.

Le constat dressé par la Commission sur l’état des terres européennes est alarmant. Selon elle, l’agriculture, l’urbanisation et le changement climatique contribuent à une accélération de l’érosion et de l’appauvrissement en matières organiques. Tout cela provoque une perte du potentiel agronomique, mais aussi des inondations et coulées de boues. Ce phénomène serait en progression rapide et son coût est estimé par la Commission à plus de 38 milliards d’euros par an.