Surtitre

Les aides de la Pac doivent servir à retrouver de la valeur ajoutée

Avec une revalorisation de près de 50% de ses aides européennes, la filière ovine a les cartes en main pour se relancer. Pour les experts de l’Institut de l’élevage, il lui faut surtout redevenir compétitive face à ces concurrents en retrouvant de la valeur ajoutée à tous les échelons de la filière.

La production d’ovine est incontestablement la grande gagnante de la redistribution des aides de la PAC dans le cadre du bilan de santé. Selon les systèmes, les éleveurs devraient bénéficier d’une aide supplémentaire entre 13 000 et 15 000 euros par an, estime l’Institut de l’élevage. Il faut maintenant transformer l’essai. Car le plus gros problème du secteur ovin, aujourd’hui, est son manque de rentabilité. Ce que la revalorisation des aides de la Pac ne résout en rien.