Pomme de terre transformée : encore du potentiel de chasse au gaspillage

L’industrie de la pomme de terre transformée a encore devant elle du potentiel pour lutter contre le gaspillage, tant alimentaire qu’énergétique. C’est ce qu’ont indiqué les intervenants de l’assemblée générale du Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre (GIPT) qui s’est tenue le 17 décembre.

La filière de la pomme de terre transformée, représentée par son interprofession, le GIPT, estime qu’elle peut encore faire mieux pour réduire le gaspillage. À l’heure où la loi sur le gaspillage alimentaire est examinée par le Sénat (le 16 décembre à la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable), la filière travaille à la fois à la mise en place de circuits de dons et de pratiques agronomiques et procédés industriels qui réduisent les déchets.

Limiter les pertes au champ et à l'usine