Accord en demi-teinte à Glasgow sur le marché du carbone

À la Cop26, les États ont finalisé les règles d’application de l’accord de Paris, qui instaure deux marchés internationaux du carbone. Un système qui, selon les ONG et les experts, n’a pas les garde-fous suffisants, ni pour assurer des réductions réelles d’émissions, ni pour éviter la ruée sur des terres cultivées.

C’était l’un des principaux dossiers sur la table des négociateurs de la COP26. Mais, comme tant d’autres, le compromis trouvé sur les marchés internationaux du carbone en application de l’article 6 des accords de Paris laisse un goût d’inachevé. « En deux semaines, on est passé d’un article 6 terrible à un article 6 simplement mauvais », résume Maureen Jorand, chargée du plaidoyer souveraineté alimentaire et justice climatique au sein du CCFD-Terre Solidaire.