Egypte : les changements de spécifications de contrats qui posent problème

Depuis quelques semaines, le Gasc égyptien, autorité qui s’occupe des achats publics de blé, a revu les spécifications de ses contrats. Parmi les modifications effectuées : les bateaux de 60 000 tonnes que l’office importe doivent désormais être chargés dans un lieu unique, l’objectif étant d’assurer une meilleure homogénéité des lots. Une nouvelle exigence qui pose problème à la France : le port de Rouen, premier port français d’exportation de céréales, ne peut pas traiter de bateaux d’un tel tonnage.