Grèves : la filière céréalière alerte sur la perte de marchés à l’export

L’export de céréales paie un lourd tribut aux grèves SNCF et dans les ports, a alerté Intercéréales (interprofession) dans une lettre aux pouvoirs publics le 20 janvier. « Près de 450 000 tonnes de céréales sont bloquées dans les ports français (Dunkerque, Rouen, La Pallice, Montoir, etc.) », écrit-elle. Les clients étrangers « commencent à se positionner sur des origines alternatives : nord-Europe, Baltique et mer Noire ». Déjà lors des grèves SNCF, la filière s’est reportée « à contrecœur » vers le transport routier entraînant des surcoûts chiffrés entre 4 et 6 €/t.

Mots-clés