David Kanter, chercheur

« La réduction des engrais ne doit pas reposer sur les seuls agriculteurs »

« La réduction des engrais ne doit pas reposer sur les seuls agriculteurs »
David Kanter
En résidence à l’Institut des études avancées de Paris (IEA), le chercheur David Kanter, professeur à l’université de New York et vice-président du International Nitrogen Initiative, estime que les politiques restent insuffisantes en Europe comme ailleurs pour diminuer durablement les émissions azotées. Principale solution pour lui : faire reposer l’effort sur l’ensemble des acteurs des filières, dont les fabricants ou les banquiers et assureurs, et non seulement sur les agriculteurs.

Quel serait pour vous l’effort à fournir concernant l’azote d’origine agricole pour limiter le réchauffement à des niveaux acceptables ?

Aujourd’hui, on pourrait produire la même quantité d’alimentation avec 30 à 40 % d’azote en moins à l’échelle mondiale. Il est naturel dans un sens pour les agriculteurs de surfertiliser. Au début de la saison, on ne sait pas quelles vont être les conditions météorologiques, la pluviométrie, et on va appliquer 10 ou 20 % en plus du minimum pour garantir le rendement.