Moisson 2011

La sécheresse va freiner l'exportation de céréales européennes

Lors d'une conférence de presse organisée par Offre et demande agricole (ODA), le 5 juillet à Paris, Benoît Labouille, directeur d'ODA, a fait le point sur l'impact que le climat a eu sur les disponibilités en céréales cette année. Avec, de septembre à mai, une pluviométrie de 50% à 100% des valeurs normales mesurées en France, le déficit global serait de 20% selon ODA. Mais, les précipitations du mois de juin auraient permis d'éviter le pire en terme de rendements céréaliers malgré des baisses de rendements attendues. Ainsi, les prix européens sont désormais supérieurs aux prix mondiaux en raison d'une offre moins abondante que l'an dernier. Les surplus exportables devraient s'en trouver réduits.
«De septembre à mai la France a reçu 50% à 100% des pluies par rapport à la normale. Le cumul pluviométrique est globalement déficitaire de 20% sur l'Hexagone, mais ce n'est pas la pire sécheresse connue au 31 mai », a expliqué Benoît Labouille, directeur d'ODA. Selon lui, en 1976 les précipitations moyennes en France de septembre à mai ont atteint les 399 mm, soit un déficit de 31% par rapport à la normale, pour un rendement atteignant les 3,9t/ha en blé tendre.