La stévia prend racine dans le Sud-Ouest

Une jeune filière prend son envol depuis le Lot-et-Garonne : la stévia. Elle se structure de l’amont à l’aval, sous l’impulsion d’un transformateur installé dans la pépinière d’entreprises de l’Agropole près d’Agen.

La récolte de la stévia bat son plein chez Aurélie Barada, agriculture de l’EARL de Gaffier, à Puymirol (Lot-et-Garonne). Elle est une pionnière de cette toute jeune filière, unique en France. La stévia, plante originaire du Paraguay (Amérique du Sud), a comme atout son pouvoir sucrant trois fois supérieur à la betterave ou la canne. C’est donc une alternative aux produits traditionnels, dont on tire le saccharose, et à l’aspartame, édulcorant controversé. Mais très peu de surfaces sont aujourd’hui concernées à l’échelle nationale.

Mots-clés