Céréales

Les adjudications à l’exportation doivent s’intensifier, selon l’Onic

L’Office des céréales se montre déçu du montant des restitutions accordées en blé, lors du comité de gestion du 2 février, et voudrait que le rythme des adjudications s’intensifie nettement. Pour le directeur général de l’office des céréales, il faudrait que 350 000 tonnes de blé par semaine soient adjugées pour pouvoir atteindre les objectifs d’exportations pays tiers au niveau européen. Pourtant, les volumes offerts à l’intervention sont considérables et l’on s’attend déjà à une future récolte 2005 importante, sauf accident climatique.

« La montagne a accouché d’une souris », a lancé Christian Lapointe, président de l’office des céréales après le comité permanent du 9 février. « La Commission a bien donné son feu vert pour des restitutions à l’exportation de blé tendre, mais ce n’est pas avec seulement 4 euros par tonne que nous pouvons améliorer significativement notre compétitivité sur les marchés pays tiers », s’est-il insurgé. « Si nous voulons atteindre nos prévisions, il faudrait que l’UE exporte 11,2 millions de tonnes de blé vers les pays tiers.