Les défenseurs des semences de ferme veulent une section dédiée dans l’interprofession

La Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF) réclame une section dédiée au sein du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants), a-t-elle indiqué le 26 février, profitant de l’annonce l’an dernier d’une modification de la gouvernance de l’interprofession. « On veut amener un avis différent », a expliqué en conférence de presse le porte-parole Denis Perreau. La CDNSF, qui se présente en apôtre des « entreprises à taille humaine », exige des semenciers qu’ils « cessent de délocaliser » leur activité hors de France.