Sûreté sanitaire

Les discussions sur la réintroduction des farines animales avancent

La Commission européenne proposerait dans un premier temps d’autoriser la réintroduction des protéines animales transformées dans l’alimentation des poissons. Une fois qu’un test fiable – permettant de déterminer l’origine des farines animales et notamment de détecter la présence de protéines de ruminant – aura été mis au point, l’interdiction d’utiliser ces protéines dans l’alimentation des non-ruminants (porcs, volailles) pourrait être levée.
À ce stade des connaissances scientifiques, si l’actuelle interdiction d’utilisation de protéines animales transformées (PAT) dans l’alimentation des animaux non-ruminants (porcs, volailles) était levée, il ne serait pas possible de s’assurer qu’il n’y a pas de consommation intra spécifique (« cannibalisme »). C’est une des principales conclusions présentées aux experts des États membres lors du dernier Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale (SCFCAH).