Les pistes à l’étude pour commercialiser les crédits carbone

Profession et start-up sont encore en discussion pour savoir comment les crédits générés seront commercialisés. L’une des pistes pourrait consister à valoriser les compétences de France Carbon Agri et son partenaire Terraterre, mais de nouveaux acteurs privés pourraient eux aussi se positionner, d’autant que les pouvoirs publics chercheraient à diversifier le type d’opérations autorisées sur le marché volontaire.

« Il ne servirait à rien de réinventer ce qui a déjà été fait avec France Carbon Agri » en élevage bovin, estime Philippe Heusèle, secrétaire général de l’AGPB. Alors que les premiers crédits carbone issus des grandes cultures sont attendus pour le début de l’année 2022, des discussions seraient donc en cours l’association présidée par Marie-Thérèse Bonneau, par ailleurs secrétaire générale de la FNPL (éleveurs laitiers).

Mots-clés